En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Au coeur de la vie

Au coeur de la vie

Un Long métrage de Robert Enrico

Produit par Franco-London Films, Films du Centaure, Sinfonia, Filmartic

Sortie en France : 21/02/1968

    Synopsis

    Trois nouvelles d'Ambrose Bierce servent de scénarios à ces trois moyens métrages. Il s'agit d'épisodes de la guerre qui, à partir du 2 avril 1861, opposa les Américains du Nord à ceux du Sud. Ambrose Blerce lui-même fut incorporé à l'âge de 19 ans.

    L'Oiseau moqueur
    Terrifié par les bruits qui l'entourent dans la forêt pendant la nuit, un soldat tire dans le noir et jette l'alarme dans le camp. On le décore et on le félicite car il est le seul à ne pas avoir quitté son poste. Mais il veut savoir sur qui ou quoi il a tiré. Il erre dans la forêt, ne trouve rien et s'endort. Pendant son sommeil, il revoit sa femme et ses deux fils qui apprenaient à un oiseau à siffler un hymne de guerre. A son réveil, le soldat reprend ses recherches et retrouve le corps de l'homme qu'il a tué. On l'a décoré pour ce fait d'armes ! En fait, qu'est-il en vérité ? Meurtrier ou héros ? C'est la confusion dans l'absurdité. A ce moment, un oiseau vient rôder dans les branches au dessus de sa tête et siffle la chant que ses fils avaient appris à un oiseau identique. L'homme répète : « Je deviens fou ! » Ce soir-là, à l'appel, le nom de Grayrock resta sans réponse

    Chickamauga ou La Riviere de la mort
    C'est le nom d'une rivière sur les rives de laquelle périrent trente mille soldats des deux camps. Un tout petit garçon, échappé de la maison familiale au cours de la bataille, erre innocemment parmi les morts et les blessés et s'amuse de tout comme si c'était un jeu. Il retrouve le chemin de sa maison qui brûle ; il alimente l'incendie en y jetant du bois. Il ne comprend pas pourquoi sa mère, étendue sur le sol, le regarde avec ces yeux fixes.

    La Rivière du hibou
    1863. On va exécuter un homme. On lui met la corde au cou et on le place sur une planche pour que le malheureux bascule dans le vide au-dessus de la rivière qu'enjambe le pont auquel l'homme sera pendu. La corde casse, l'homme dans l'eau se détache de ses liens, échappe à toutes les fusillades et poursuites, traverse des bois et parvient à sa, maison d'où sa femme sort pour venir au devant de lui. Ils vont tomber dans les bras l'un de l'autre, mais la planche bascule et l'homme est pendu. « Tout civil, qui sera pris rôdant autour des ponts sera pendu ».

    Acteurs (13)

    Production et distribution (3)

    Exportation / Vente internationale :

    Gaumont

    Générique détaillé (12)

    Assistants à la réalisation :

    Jean-François Adam, Claude Othnin-Girard

    Auteur de l'œuvre originale :

    Ambrose Bierce

    Scénariste :

    Robert Enrico

    Assistants opérateurs :

    Christian Guillouet, Guy Lecouvette

    Monteuses :

    Denise de Casabianca, Catherine Delmas

    Décorateur :

    Frédéric de Pasquale

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Robert Enrico

    Producteurs :

    Paul de Roubaix, Robert Hossein, Henry Deutschmeister

    Directeur de la photo :

    Jean Boffety

    Cadreur :

    Didier Tarot

    Assistants monteurs :

    Monique André, Pierre Gillette

    Auteur de la musique :

    Henri Lanoé

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame, Film à sketches

    Thèmes :

    Mort, Guerre

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1962

    Sortie en France :

    21/02/1968

    Durée :

    1 h 35 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    26423

    Visa délivré le :

    28/03/1963

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono