En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Insoumis - Poster France

L'Insoumis

Un Long métrage de Alain Cavalier

Produit par Cité Films, Delbeau Productions

Sortie en France : 25/09/1964

    Synopsis

    Thomas Vlassenroot, jeune Luxembourgeois, a combattu en Kabylie dans la Légion étrangère française pendant la guerre d'Algérie. En 1961, après le putsch des généraux et alors que l'OAS tentait de conserver l'Algérie à la France, Thomas a déserté et s'est réfugié à Alger chez son amie Maria. Son lieutenant, passé à l'OAS, lui propose de participer à une opération de commando : il s'agit d'enlever une avocate, Dominique Servet, venue défendre deux révolutionnaires algériens. En paiement, Thomas recevra assez d'argent pour rentrer au Luxembourg. L'enlèvement est mené à bien, avec l'aide d'un pied noir, Arnério. Dominique est incarcérée en compagnie d'un autre prisonnier, Félicien, sous la garde d'Amério et de Thomas. Celui-ci, apitoyé par la jeune femme, l'aide à s'échapper après avoir abattu Amério...

    Acteurs (12)

    Production et distribution (3)

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    Anecdote

    L'Insoumis fut interdit en février 1965, suite à une plainte déposée par l'avocate Mireille Glaymann, qui avait été enlevée par l'OAS à Alger en 1962 tout comme l'héroïne du film. Maître Matarasso, avocat de la plaignante, avait fait valoir que la seconde partie de l'œuvre pouvait porter atteinte à la vie privée de sa cliente. Le film fut amputé de vingt-cinq minutes de coupe sur demande du tribunal. Le film ressortira à l'hiver 1967-68 dans quelques salles.

    Source : Wikipedia

    ---

    Point de vue

    L’insoumis (1964) est le deuxième long métrage d’Alain Cavalier et sa seconde incursion dans un sujet pourtant très controversé à l’époque, à savoir la guerre d’Algérie. Même si elle apparaît seulement en filigrane au début du métrage, on ne peut s’empêcher, aujourd’hui, de voir l’histoire de ce déserteur totalement paumé comme une métaphore d’une France particulièrement déboussolée par une guerre qui a brouillé tous les repères idéologiques traditionnels. Ainsi, le parcours de ce soldat est intéressant à plus d’un titre car le cinéaste n’a pas choisi la facilité : il nous oblige à suivre pas à pas l’itinéraire d’un homme qui nous apparaît vil, désagréablement individualiste au début du film. Puis, par petites touches impressionnistes, finit par se dresser le portrait d’un homme pétri de défauts, mais finalement très attachant jusque dans ses failles.
    L’atout principal du metteur en scène réside dans le choix de son interprète principal. Alain Delon irradie l’écran par sa beauté, par la profondeur de son regard, parvenant à en dire beaucoup avec un minimum de moyens. Il rend son personnage de faux mauvais garçon touchant et lui insuffle une grandeur qui touche au sublime lors des bouleversantes scènes finales. Dès qu’il apparaît à l’écran, il éclipse littéralement ses partenaires pour capter notre attention. Cela s’appelle la grâce.
    Il est aidé en cela par un cinéaste talentueux, montrant une réelle efficacité lors des scènes de traque, où le suspense est bien présent. Mais qui transcende son scénario lors des passages intimistes où chaque geste est étudié avec minutie et sublimé par une grande science du cadre et de l’atmosphère. La musique inspirée de George Delerue est utilisée avec parcimonie mais toujours à bon escient pour souligner les séquences les plus dramatiques.
    L’échec commercial retentissant de cette œuvre a malheureusement condamné Alain Cavalier au silence durant de nombreuses années, et l’ont obligé à signer quelques œuvres de commande avant de pouvoir s’atteler à un projet plus personnel, près de douze ans plus tard. Le temps rendra pourtant justice à son travail, irréprochable sur cet Insoumis.

    Source : avoir-alire.com

    Générique détaillé (10)

    Producteurs :

    Jacques Bar, Alain Delon

    Producteur étranger :

    Luciano Ercoli

    Ingénieur du son :

    Antoine Bonfanti

    Monteur :

    Pierre Gillette

    Chef décorateur :

    Bernard Evein

    Scénaristes :

    Alain Cavalier, Jean Cau

    Directeur de la photo :

    Claude Renoir

    Directeur de production :

    Jacques Juranville

    Auteur de la musique :

    Georges Delerue

    Photographe de plateau :

    Vincent Rossell

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1964

    Sortie en France :

    25/09/1964

    Durée :

    1 h 55 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    28382

    Visa délivré le :

    14/10/1964

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,85

    Format son :

    Mono

    Affiches (5)

    Réalisateur