En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Anglaise et le Duc

L'Anglaise et le Duc

Un Long métrage de Éric Rohmer

Produit par Compagnie Éric Rohmer

Sortie en France : 07/09/2001

  • Sommaire

Acteurs (34)

Production et distribution (4)

Production Déléguée :

Compagnie Éric Rohmer

Exportation / Vente internationale :

Pathé Distribution

Coproductions :

CP Medien (ex- KC Medien), Pathé Images

Distribution France :

Pathé Distribution

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (32)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Sous la Révolution, la vie périlleuse d'une belle anglaise royaliste résidant en France et ses relations, tantôt tendres, tantôt orageuses, avec le duc d'Orléans, cousin de Louis XVI, mais acquis aux idées révolutionnaires. Elle parvient à le persuader de l'aider à sauver un proscrit, mais non à le dissuader de voter la mort du roi.

Propos

Le critique Jean-Michel Frodon souligne que ce film se rattache moins à la problématique du film en costumes, abordé déjà deux fois par Rohmer (La Marquise d'O en 1976, Perceval le Gallois en 1978) qu'à l'ensemble de son oeuvre. C'est en effet à partir d'un point de vu moral, la volonté indéfectible de son héroïne de combattre l'opportunisme et les compromis, que l'histoire s'engage. Rohmer dit aussi de son héroïne :

"Elle est témoin de choses horribles, elle rend compte des moments les plus violents. Je les ai même montrés d'une façon un peu édulcorée, ça aurait pu être plus violent, le cortège qui portait la tête de la princesse de Lamballe devait être beaucoup plus terrible, les descriptions d'époque sont atroces, c'est le corps entier coupé en morceaux et qu'on avait traîné, et d'autre part les gens plus ou moins avinés étaient peut-être plus sales, plus sanglants. Ce cortège était constitué d'éléments qu'on appellerait maintenant incontrôlés, des gens souvent sans emploi, qui cherchaient l'aventure, comme les casseurs aujourd'hui. Certains agissent ainsi par goût de la violence, d'autres par intérêt, il y a beaucoup de pillage à ce moment-là, des pillards qui étaient poursuivis par les gardes nationaux".

Ce point de vue moral est donc très anti-révolutionnaire mais, comme le souligne Marc Ferro en introduction à "Révoltes, révolutions, cinéma" (Centre Pompidou) : en dehors de La Marseillaise de Jean Renoir, on constate "l'absence totale de films globalement favorables" à la Révolution française. Et encore le cas de La Marseillaise n'est-il pas définitivement tranché car en faisant de Louis XVI le personnage le plus sympathique de son film, il n'est pas certain que Renoir n'est pas inconsciemment mais efficacement détourné la commande de la CGT. L'Abolition des privilèges et La Déclaration des droits de l'homme semblent aujourd'hui les seuls lambeaux symboliques positifs de la Révolution Française que la marche vers la Terreur a condamnée aux poubelles de l'Histoire pour avoir renié la valeur fondatrice de nos sociétés : la démocratie.

Rohmer n'a ainsi pas écrit une épopée comme ont pu le faire Griffith dans Naissance d'une nation ou Eisenstein dans La ligne générale qui étaient en totale empathie avec l'Histoire. Mais, en privilégiant le point de vue de ceux qui sont malmené par le courent dominant de l'époque, Rohmer n'a pas fait non plus une épopée de la Résistance comme Melville dans L'armée des ombres ou, plus récemment Youssef Chahine dans Le destin.

En privilégiant le point de vu "moral" sans chercher à incarner un héros, Rohmer se range du côté de ceux pour qui l'art et le subjectif est le seul moyen d'accéder à la vérité. L'utilisation des décors peints relève de cette même recherche d'une vérité subjective.

"Mon objectif était de renforcer l'impression de vérité. Dans la mesure où je montre des toiles peintes, je voulais établir ce parti pris d'emblée. Ensuite, j'ai fait comme si mes personnages étaient des êtres picturaux, des êtres de tableaux, qui accèdent à la vie. Grâce à ce préambule, on y croit davantage, il justifie les décors, et que les personnages aient une façon d'agir un peu ancienne : on sait que ces gens viennent de tableaux, qu'ils sont attachés à leur époque, et ça permet de ne pas douter d'eux. On peut croire en eux parce que les caractéristiques de l'époque telles qu'on les connaît par les peintures leur sont attachées, et elles sont plus vraies que les caractéristiques que pourrait leur donner une reconstitution par la photographie....
Un espace peint, c'est-à-dire artificiel, mais rendant visibles la continuité et l'ampleur de l'espace réel qu'il figure, est plus vrai que l'espace fait d'éléments réels, photographiés, comme on fait souvent au cinéma, en les empruntant à des emplacements séparés et hétérogènes - un coin de rue ici, une fenêtre ailleurs, Paris prétendument reconstitué avec des images prises à Pézenas, Uzès ou au Mans...
L'artificialité de la peinture a été dictée par la recherche de la vérité...
J'ai une vision artistique du monde. Je pense que seul l'art permet de voir le monde passé, il y a plus de vérité dans un tableau que dans une photographie, à moins que celle-ci ne soit faite par un artiste. Pour moi, la beauté est sur le chemin de la vérité, elle n'empêche pas de voir la vérité, elle en est la condition....
La stylisation du monde par la peinture apporte un ton, un esprit qui est celui de l'époque. Au contraire des historiens, je prétends qu'il faut voir le monde non avec nos propres yeux mais avec les yeux des contemporains. Cela engendre non pas la vérité, mais une vérité, à mon sens la plus précieuse. Je ne dis pas que tout le monde doit faire de même, mais je trouve que le style des peintures, la lumière des peintures recèlent une vérité, celle que je cherche. Peut-être pas une vérité historique, mais une vérité artistique."

L'Anglaise et le Duc présente ainsi le paradoxe qui fonde le genre du film historique : c'est en s'appuyant sur la subjectivité que le cinéma peut apporter un témoigne historique valide dont sont incapables les épopées. On peut toutefois être un peu perplexe sur les modèles picturaux choisis par Rohmer, tirées d'aquarelles de musée Carnavalet et dont la valeur artistique ne se hisse pas au niveau des toiles d'Elisabeth Vigée Lebrun que ses intérieurs suggèrent parfois.

L'emprunt au théâtre semble plus convaincant, notamment lorsque Grace raconte la scène des massacres de septembre pendant lesquels on a porté la tête de la duchesse de Lamballe au bout d'une pique et auxquels elle a échappé de peu. Cette scène de narration est dramatiquement inutile. Nous avons déjà vu la scène, mais l'émotion de Grace la rend plus émouvante la seconde fois.

Rohmer dit encore :

"Je renoue avec l'esthétique des grandes fresques historiques du temps du muet, comme Cabiria ou Intolerance. Dans ce cas, la peinture m'a paru plus efficace que les outils proprement cinématographiques, comme le montage ou le champ-contrechamp, qui ne m'auraient rien apporté..."

Pourtant, il opère de vrais choix cinématographiques : l'épopée privilégie les mouvements (des foules, des armées) et l'opposition plan général (sur la foule) et gros plan (sur le héros ou le brave soldat). Le film moral, qui confronte l'objectif et le subjectif, oppose des espaces dans lesquels domine chacun de ces deux modes : intérieur/extérieur, hors Paris/dans Paris, intime/public, proche/loin, propre/sale.

L'opposition est bien tranchée : Grâce domine dans les intérieurs bourgeois, notamment à Meudon, dans la sphère intime et a une nette préférence pour l'histoire vue de loin (scène emblématique de l'exécution du roi vue à la longue vue). Les révolutionnaires dominent dans la rue, dans Paris surtout, font l'histoire au plus prêt et dans l'immédiateté et sont affreusement sales (il faut un sachet de lavande pour dissiper leurs mauvaises odeurs).

Mais Rohmer ne met en place cette opposition que pour mieux en jouer. Il ne veut pas faire un film ennuyeux et exclusivement pédagogique. En transgressant ses choix, il génère du suspens. Les barrières de Paris, fermées, seront franchies. Le couvre-feu sera bravé et Grace sortira dans la rue. Dans, sa maison les intrus ne cesseront d'entrer depuis le Duc qui pénètre dans ses appartements avant qu'elle n'ai fini sa toilette jusqu'à Champcenetz qui se cachera dans son lit en passant par les intrusions nombreuses et menaçantes des gardes nationaux.

L'Anglaise et le Duc, qui part du sentiment pour aboutir à la vérité et de la théorie pour générer le suspens révèle plus que jamais les capacités du cinéma à s'inscrire dans le débat contemporain. En cela Eric Rohmer et Nanni Moretti sont bien les continuateurs des Rossellini et Visconti de Paisa ou du Guépard.

Bibliographie :
L'article de Jean-Michel Frodon dans Le Monde du 04/09/2001
Les Cahiers du cinéma n°559, juillet-aout 2001
Plaquette de l'Association Française des Cinéma d'Art et d'Essai

Source : cineclubdecaen.com

Photos (6)

Générique détaillé (17)

Productrice déléguée :

Françoise Etchegaray

Producteurs exécutifs :

Pierre Rissient, Roland Pellegrino, François Ivernel, Romain Le Grand, Léonard Glowinski

Directrice de la photo :

Diane Baratier

Assistants son :

Frédéric de Ravignan, Nathalie Vidal

Directeur de production :

Antoine Beau

Monteuse :

Mary Stephen

Auteur de la musique :

Jean-Louis Valero

Casting :

Marion Touitou

Distributrice à l'étranger :

Ilda Santiago

Producteur associé :

Pierre Cottrell

Scénariste :

Éric Rohmer

Ingénieur du son :

Pascal Ribier

Assistant opérateur :

Florent Bazin

Attachés de presse (film) :

François Hassan Guerrar, Aude Thomas

Décorateur :

Antoine Fontaine

Bruiteurs :

Jonathan Liebling, Fabien Adelin

Costumiers :

Pierre-Jean Larroque, Gilles Bodu-Lemoine

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Historique, Animation 2D - 3D

Thèmes :

Histoire

Langue de tournage :

Français

Autre pays coproducteur :

France

EOF :

Inconnu

Nationalité :

100% français (France)

Année de production :

2000

Sortie en France :

07/09/2001

Durée :

2 h 5 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

98.636

Visa délivré le :

30/07/2001

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,85

Format son :

DTS

Affiches (5)

Réalisateur

Actualités (7)

Sélections en festivals (8)

Festival du Film Francophone de Grèce - 2002

Festival du Film Francophone de Grèce (Grèce, 2002)

Sélection

Longs-métrages sélectionnés

Festival international de Hong Kong - 2002

Festival international de Hong Kong (Hong-kong, 2002)

Sélection

Cinéma International

Les César du Cinéma Français - 2002

Les César du Cinéma Français (France, 2002)

Sélection (2)

Meilleurs costumes : Pierre-Jean Larroque

Meilleur décor : Antoine Fontaine

Festival international du film de Rotterdam - 2002

Festival international du film de Rotterdam (Pays-bas, 2002)

Sélection

Sélection officielle long-métrage

TIFF - 2001

TIFF (Canada, 2001)

Sélection

Sélection officielle

Délégations