En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Je rentre à la maison

Je rentre à la maison

Un Long métrage de Manoel de Oliveira

Produit par Gemini Films

Sortie en France : 12/09/2001

  • Sommaire

Acteurs (15)

Production et distribution (6)

Production Déléguée :

Gemini Films

Production Étrangère :

Madragoa Filmes

Distribution France :

Gemini Films

Coproduction :

France 2 Cinéma

Exportation / Vente internationale :

Gemini Films

Agence de presse France :

Le Public Système Cinéma

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international (17)

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Gilbert Valence est un comédien de théâtre, son talent et sa longue carrière lui ont valu les plus grands rôles. Il tient en ce moment Béranger 1er dans "Le Roi se meurt" d'Eugène Ionesco. Un soir, à l'issue de la représentation, la tragédie entre dans sa vie ; il apprend qu'un accident vient de coûter la vie à sa femme, sa fille et son beau-fils.
Le temps passe, la vie recouvre ses droits. Gilbert Valence désormais se partage entre son petit-fils qu'il adore et le théâtre. Il est maintenant Prospéro, le héros Shakespearien de "La Tempête". Il a repris ses habitudes : le café quotidien et la lecture du journal au bar, les répétitions et les représentations. Il fascine même la jeune actrice qui joue Miranda tous les soirs à ses côtés. Mais il n'a plus le coeur à se lancer dans une aventure...
Son agent lui propose un rôle de premier plan dans un téléfilm avec les ingrédients à la mode : drogue, sexe et violence. Il n'a pas mené une telle carrière pour accepter aujourd'hui de se compromettre dans une entreprise qui le répugne, sous prétexte que cela rapportera beaucoup d'argent .
Un jour où un metteur en scène américain lui propose de jouer dans "Ulysse", une adaptation de Joyce, il accepte avec enthousiasme. Le personnage à incarner est un second rôle. Le texte est court mais le délai pour l'apprendre, en anglais, est bref...

Propos

Analyse du film

Scène clé : Un vagabond, armé d'une seringue, dépouille Valence et le contraint à rentrer chez lui en chaussette. Le vagabond est une première apparition de la mort, une seringue moderne prenant la place d'une faucille désuète. Valence s'enfonce dans la nuit comme à la fin du Guépard de Visconti, le Prince s'éloignait dans la rue ou, peut-être, comme Tom Doniphon après avoir tué Liberty Valence s'éloignait d'un monde où il n'avait plus sa place.

Message essentiel : Un choc émotionnel ne brise pas immédiatement. Valence semble faire face mais nous convie à une somptueuse élégie funèbre. Le métier, la dignité d'acteur sont ce qui résistera le plus longtemps. Valence sait, pour avoir jouer Shakespeare, qu'il est fait de l'étoffe dont sont fait les songes. Et cette étoffe le protège et transfigure son quotidien. Mais lorsque l'étoffe se déchire sous les exigences d'un metteur en scène aussi perfectionniste que lui, alors le masque tombe et la mort peut venir.

Chaque jour, Valence cet homme, qui est beau, qui est célèbre, qui est un maître reconnu dans sa partie (comédien), s'en va vivre son quotidien sans apparemment se soucier de ces morts brutales racontées dans le prologue. Savait-il déjà avant goûter les instants de l'existence ? Impossible à dire, tandis qu'il savoure le temps qui passe dans les rues, jouit de son rituel café-journal, à sa place préférée, dans son bistrot favori, se choisit de splendides chaussures anglaises, joue et rit aux éclats avec son petit-fils. C'est la vie même - un bonheur sensuel, immédiat, dont chaque seconde est captée, partagée.

Pourtant, une distance s'est instaurée, une glaçure. Elle le tient, dans le monde, plus éloigné qu'il ne l'était naguère sur scène. Au cours d'une succession de scènes sans paroles, tournées avec une élégance souveraine, Valence apparaît le plus souvent de l'autre côté d'une vitre(la grande roue et la statue de la place de la Concorde vue depuis la voiture) ou d'une vitrine (le café ou le shopping avec robes,tableau et chaussures). Il évolue dans un autre espace sonore, des reflets s'interposent.

Est-il vraiment là, quand le siècle va basculer, cet homme magnifique dans les rues de Paris en hiver, magnifiquement filmées ? Oui, puisqu'il peut encore se fâcher bien fort si on veut lui imposer de tourner dans un téléfilm où l'appât du gain est supposé pallier l'obscénité télévisuelle. Oui, puisqu'il refuse de se lasser berner par une amourette sans lendemain. Mais, en même temps, il refuse de se laisser prendre par la vie et ne voit plus que des symboles (le mot fraternité sur la statue, le goûter dans le sac de l'enfant). Les étreintes sont sont brèves (au lit le matin) et rares (l'école puis les voitures télécommandées).

Après l'agression, il s'en ira dans la nuit, paisible et pieds nus. Mais, après cet avertissement, le spectateur a déjà deviné que seul le discours est encore assuré. La mort prendra alors les traits de John Malkovitch. Avec lui, Valence tentera un ultime pari : apprendre en trois jours le texte si difficile du personnage de Mulligan de l'Ulysse de Joyce. Il atteint sa limite. Il ne peut éviter deux ou trois erreurs : autant d'accrocs dans l'étoffe des rêves, l'étoffe se déchire, l'acteur rentre seul : le roi est mort.

Source : cineclubdecaen.com

Photos (2)

Générique détaillé (14)

Producteur délégué :

Paulo Branco

Auteurs de l'oeuvre originale :

Eugène Ionesco, William Shakespeare, James Joyce

Directrice de la photo :

Sabine Lancelin

Assistant son :

Yves-Marie Omnès

Attachés de presse (film) :

Bruno Barde, Sophie Bataille

Scripte :

Júlia Buisel

Costumière :

Isabel Branco

Assistants à la réalisation :

Olivier Bouffard, José Maria Vaz Da Silva

Scénariste :

Manoel de Oliveira

Ingénieur du son :

Henri Maïkoff

Directeur de production :

Philippe Rey

Monteuse :

Valérie Loiseleux

Décorateur :

Yves Fournier

Mixeur :

Jean-François Auger

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Comédie dramatique

Thèmes :

Vieillesse

Langue de tournage :

Français, Anglais

Origines :

Portugal, France

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Minoritaire français (Portugal, France)

Année de production :

2001

Sortie en France :

12/09/2001

Durée :

1 h 30 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

99.956

Visa délivré le :

19/07/2001

Agrément :

Oui

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,66

Format son :

Dolby SR