En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Fantômas

Fantômas

Un Long métrage de André Hunebelle

Produit par Gaumont, Production Artistique et Cinématographique (PAC)

Sortie en France : 04/11/1964

  • Sommaire

Acteurs (37)

Production et distribution (4)

Productions Déléguées :

Gaumont, Production Artistique et Cinématographique (PAC)

Exportation / Vente internationale :

Gaumont

Production Étrangère :

Produzioni Cinematografiche Mediterranee

Distribution France :

Gaumont

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Un malfaiteur du nom de Fantômas revendique un nouveau vol dans Paris, alors que, le même jour justement, le commissaire Juve, nouvellement décoré, avait annoncé l'arrestation prochaine et fracassante du voleur. Un jeune journaliste Fandor décide de mener son enquête sur ce mystérieux personnage qu'est Fantômas, qui apparaît toujours masqué, et qu'il pense être une pure invention de la Police afin de se mettre en valeur. Pour le prouver, Fandor fait paraître une fausse interview du criminel dans le journal Le Point du Jour. Mais le journaliste se fait enlever par Fantômas et celui-ci, grâce à des masques qu'il a lui-même conçus, lui promet de commettre ses nouveaux forfaits sous les traits de sa victime.

Pour le commissaire Juve, il n'y a plus aucun doute : Fandor est bel et bien l'identité réelle de Fantômas. Mais Fantômas va faire en sorte que le commissaire Juve soit ridiculisé et confondu par de nombreux témoins.

Source : Wikipedia

Propos

 Cascades

    En 1957, Rémy Julienne qui était champion de France de moto-cross, fut engagé en 1964 par Gil Delamare (le coordinateur des effets spéciaux du film et cascadeur réputé à son époque) pour pouvoir réaliser des acrobaties en moto et doubler plusieurs motards ainsi que Jean Marais, lors de la grande poursuite finale.
    C'est le seul film auquel Jean Sunny (cascadeur spécialisé sur deux roues), accepta de participer, pour régler la vertigineuse séquence de voiture sans frein, dévalant une pente sévère, tourné au Col de l'Espigoulier, à proximité d'Aubagne et de Cassis et au col Sainte-Anne entre Allauch et Mimet.
    Afin de ne pas paraître inférieur à Jean Marais au niveau physique, Louis de Funès, réalisera lui-même, une cascade, consistant à sauter d'un pont pour retomber sur un train à vapeur en marche. La scène se passa sans accident, et fut réglée et contrôlée par Gil Delamare.
    Jean Marais réalisa lui-même presque toutes les cascades du film.

Box-office

Avec 4,5 millions de spectateurs en salles, il fut l'un des grands succès de l'année, année de tous les succès pour Louis de Funès puisque sortit également Le Gendarme de Saint-Tropez qui assit définitivement sa popularité.

Le film fera plus de 60 millions d'entrées en URSS1; un succès tel qu'on envisagea un temps un Fantômas à Moscou.

Autour du film

    Au départ, le rôle de Juve devait être joué par Bourvil, qui refusa le rôle peu de temps avant le début de tournage.

    Louis de Funès s'est blessé lors de la scène où il est suspendu par les bras à une grue au-dessus de Paris. Même s'il n'était qu'à seulement un mètre du sol, « certains troncs nerveux, étirés par cette longue suspension, avaient provoqué une paralysie des muscles de l'épaule. ». L'acteur mettra plusieurs années pour retrouver, en partie, ses capacités.

    Un nouveau Fantômas fut annoncé en 2002 avec Jean Réno et José Garcia dans les rôles titres. Le projet que devait réaliser Frédéric Forestier en 2003 fut gardé en réserve par La Petite Reine, la société production de Thomas Langmann, avant d'être réactivé début 2009, via un nouveau projet de film cette fois réalisé par Christophe Gans. La production n'a finalement pas démarré.

    Le film La Diablesse aux 1 000 visages de Chung Chang-wha (1969) s'inspire de façon indubitable du Fantômas de Hunnebelle. Élément cocasse, les pendants de Fantômas et Fandor sont des femmes, une voleuse surnommée la « diablesse » et une journaliste, alors que celui d'Hélène est un photographe.

    En 1995, les Automobiles Peugeot ont utilisé le personnage du « Fantômas au masque », propre aux films d'Hunebelle, dans une publicité réalisée par Alain Berberian

Source : Wikipedia

Générique détaillé (24)

Assistants à la réalisation :

Jean-Pierre Desagnat, Jacques Besnard, Jean-Pierre Cazenave

Dialoguiste :

Jean Halain

Producteurs :

Paul Cadéac, Alain Poiré

Producteurs étrangers :

Alberto Pugliese, Luciano Ercoli

Directeurs de la photo :

Marcel Grignon, Jean Tournier

Assistant son :

Vartan Karakeusian

Cadreur :

Jean Benezech

Monteur :

Jean Feyte

Décorateur :

Paul-Louis Boutié

Auteur de la musique :

Michel Magne

Costumière :

Mireille Leydet

Photographe de plateau :

Roger Corbeau

Adaptateurs / Dialoguistes :

Jean Halain, Pierre Foucaud

Auteurs de l'oeuvre originale :

Marcel Allain, Pierre Souvestre

Scénaristes :

Jean Halain, Pierre Foucaud

Voix :

Raymond Pellegrin

Ingénieur du son :

René-Christian Forget

Assistants opérateurs :

André Marquette, Emmanuel Machuel

Attachée de presse (film) :

Paulette Andrieux

Scripte :

Charlotte Lefèvre-Pecqueux

Assistants décorateurs :

Henri Sonois, Théobald Meurisse

Cascadeurs :

Claude Carliez, Rémy Julienne, Gil Delamare

Mixeur :

Jacques Maumont

Régisseur général :

Roger Boulais

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Aventure

Thèmes :

Mystère

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1964

Sortie en France :

04/11/1964

Durée :

1 h 50 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

24821

Visa délivré le :

03/11/1964

Agrément :

Inconnu

Formats de production :

35 mm

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

Scope

Format son :

Mono

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals

Black Nights Film Festival de Tallinn - 2016

Black Nights Film Festival de Tallinn (Estonie, 2016)

Sélection

Focus on French Cinema