En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Parade

Parade

Un Long métrage de Jacques Tati

Sortie en France : 18/12/1974

  • Sommaire

Acteurs (3)

Production et distribution (3)

Coproduction :

Gray-Film

Exportation / Vente internationale :

StudioCanal

Production Étrangère :

Sveriges Television AB - SVT

Box Office : cumulé

Box Office : chronologie

Sorties à l'international

PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

Voir tout

Voir moins

Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Avec 'Parade', c'est à une grande fête que nous convie Jacques Tati, s'ingéniant à faire se rencontrer spectateurs, artistes, enfants et lui-même. Le spectacle auquel le public participe, alterne cirque et music-hall, et Tati, en Monsieur Loyal, présente ses plus célèbres numéros: le football, le cheval, la pêche... Mais l'art du réalisateur s'exerce aussi sur les coulisses de la fête, depuis l'arrivée des spectateurs, jusqu'aux multiples réactions de la salle. Un hommage de Tati à ses premières amours avec un très émouvant numéro à la Chaplin...

Source : cinetroc.com

Propos

Avec son film Parade, Jacques Tati revient aux sources de son art, celui de mime issu du music-hall.

Le film se compose d'enregistrements effectués lors d'une représentation circassienne. Tati, sexagénaire, y tient le rôle du Monsieur Royal. Il présente chacun des numéros et y intercale les différentes prestations qui, à ses débuts, lorsqu'il se produisait dans les cabarets parisiens, firent sa renommé. Mouvements souples et gracieux, maîtrise de l'espace, sens du rythme, Tati revisite ses performances de mimes en joueur de tennis, gardien de football, cavalier, boxeur, ou encore pêcheur à la ligne. Le spectacle est vivant, dynamique, les tours s'enchaînent, il y a le trio de jongleurs qui rivalise d'adresse avec son ombre portée sur le mur, la séance de rodéo sur poney à laquelle est invité à participer le public, les danses de flamenco, de musique disco et de musique tyrolienne qui côtoient les chants de la diva Pia Colombo, les tours de passe-passe des magiciens, la séance réservée aux clowns avec les symphonies délurées d'un orchestre aux membres pour le moins dissipés, qui se trompent dans leurs accords, se disputent, s'invectivent, s'interrompent, font mine de quitter la scène, etc. Tati mêle music-hall et cirque dans une profusion de couleurs, de fantaisie et de mouvements en tous genres.
Le cinéma un sacré cirque

S'entretenant sur les possibles réactions du public face à son film, Tati émettait l'espoir que celui-ci parle, rie, applaudisse, voire siffle durant la projection. Pour Tati Parade est un spectacle avant d'être un film, hors de question de rester silencieux dans la salle. Tati désire que le spectateur de cinéma participe à l'œuvre. La thématique du cirque, spectacle populaire s'il en est, affirme la position de Tati qui est de faire du cinéma un spectacle vivant dont l'ambition première serait de divertir son public. Le récit, en ce qu'il implique d'intellection, constituerait un frein à la spontanéité du public. Cette spontanéité affirme aussi ici sa prédominance sur ces modèles chorégraphiques qui organisaient jusqu'à présent les œuvres cinématographiques de Tati.

Le film se réalisa en trois jours de tournage, et de l'aveu même de Tati doit beaucoup à l'imagination des enfants qui y participèrent. C'est à eux, à cette énergie propre à l'enfance, à cette propension naturelle à s'enthousiasmer pour des spectacles animés, agités, que Tati pense lorsqu'il réalise ce film. Parade tend à sortir le cinéma de l'ornière de l'art noble et réfléchi auquel tout un pan de la profession s'est attelé. Parade tend à recouvrer la candeur du cinéma des premiers temps lorsque seul l'image en mouvement comptait. Dans Parade le mouvement est partout, sur la piste de cirque, dans les salles de cinéma, mais aussi dans la mise en scène qui ici opère la jonction entre ces deux espaces.

Parade: un cinéma participatif

De fait le film ne s'ouvre pas directement sur la piste de cirque mais sur l'arrivée des spectateurs. On les voit faire la queue au guichet, déambuler dans les allées, rejoindre leurs places dans les gradins, et de cette façon, tout au long du film, la caméra n'aura de cesse de traquer l'action là où elle se produit. Hors et sur la piste. A la buvette du chapiteau quand les serveurs multiplient les espiègleries. Dans les travées des gradins lorsqu'un jeune garçon fait des pirouettes pour parvenir jusqu'à son siège. Là une mère et sa fille qui pour s'assoir synchronisent leurs mouvements sans y prendre garde, ailleurs deux spectateurs accoudés partagent la même moue dans l'attente du spectacle. Dans les coulisses, lors de l'entracte, où l'inépuisable Tati exécute un numéro d’agent de la circulation pour un public fait de comédiens et d'ouvriers. Ces mêmes ouvriers qui se mueront tour à tour en musiciens battant la mesure sur des bocaux, en jongleurs avec leurs pinceaux ou encore en magiciens. Il y a dans la mise en scène de Parade le parti pris de décloisonner l'espace scénique. Spectateurs et artistes participent d'un même mouvement jouant sur la confusion des entités.

Dans Parade, Tati confère au public le pouvoir de participer au spectacle. Non seulement il lui est ici permis de voir les coulisses du spectacle avec ces ouvriers qui préparent les décors sur la piste de cirque, mais en plus il est lui même appelé à se constituer en artiste de cirque, de music-hall. Il est à la fois spectateur averti et acteur du spectacle.

© Thomas Lansoud-Soukate
Source : suite101.fr
 

Générique détaillé (8)

Assistante à la réalisation :

Marie-France Siegler-Lathrop

Producteur associé :

Michel Chauvin

Ingénieur du son :

Alain Curvelier

Auteur de la musique :

Charles Dumont

Producteur :

Karl Haskel

Directeurs de la photo :

Jean Badal, Gunnar Fischer

Monteurs :

Aline Asseo, Sophie Tatischeff

Mixeur :

Jean Nény

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Documentaire

Thèmes :

Cirque

Langue de tournage :

Français, Suédois, Anglais

Origines :

France, Suède

EOF :

Inconnu

Nationalité :

50% français (France, Suède)

Année de production :

1973

Sortie en France :

18/12/1974

Durée :

1 h 23 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

42697

Visa délivré le :

27/05/1974

Agrément :

Oui

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,33

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals