En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Les Visiteurs du soir

Les Visiteurs du soir

Un Long métrage de Marcel Carné

Produit par Productions André Paulvé

Sortie en France : 05/12/1942

    Synopsis

    Dépêchés par le Malin, deux troubadours arrivent dans le soir au château du baron Hugues, qui célèbre les fiançailles de sa fille Anne avec le chevalier Renaud. Des sortilèges vont contrarier la cérémonie. Mais l'amour surgit et lie Gilles, l'un des menestrels, à la jeune châtelaine. Plus rien ne les séparera, ni le diable surgissant sous les traits d'un brillant voyageur, ni la mort des uns, ni les turpitudes des autres, ni même le sort final qui leur est réservé. Leurs cœurs continueront éternellement de battre à l'unisson.

    Acteurs (24)

    Production et distribution (2)

    Production Déléguée :

    Productions André Paulvé

    Distributions France :

    Discina, Mission

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    "Marcel Carné est motivé par l’envie de réaliser un cinquième film à partir d’un scénario de Jacques Prévert. Il souhaite également diriger l’acteur Alain Cuny qu’il a remarqué au Théâtre de l'Atelier alors qu’il jouait Orphée dans Eurydice de Jean Anouilh : « Il avait une très belle voix, grave, prenante. Son seul défaut était un débit assez lent, comme s’il s’écoutait parler, joint à un accent chantant sur certaines fins de phrases ». Carné lui fait passer des essais pour le rôle du musicien de Juliette et la Clé des songes (abandonné à cette époque). Enfin, le réalisateur est excédé par les interdits de Vichy et par la censure qui sévit en France. Repliée sous le couvercle de l’Occupation, la production cinématographique se doit en effet d’être intemporelle si bien que les auteurs ne peuvent être des témoins de leur époque, à moins qu’ils ne le fassent en teintant le tout de propagande. D’un commun accord, il est donc décidé de s’évader dans un autre siècle et/ou un autre genre pour conserver une entière indépendance. Carné et Prévert songent d’abord à reprendre un projet qui est en gestation depuis 1940 mais dont l’entrée en guerre du pays avait sonné le glas : Le Chat botté de Perrault, dans lequel le chat devait être interprété par Maurice Baquet. Trauner avait même commencé à réaliser des maquettes, reprises pour Les Visiteurs du soir. C’est finalement l’évasion dans le Moyen Âge qui sera la solution de rechange adoptée pour se donner la liberté d’aller à contre-courant. »

    Pourtant, le film pourrait bien être en lien beaucoup plus étroit avec l'actualité de l'époque, contrairement à ce que pouvait laisser croire cet apparent refuge dans le passé. Danièle Gasiglia-Laster a bien montré les rapports de ce film avec son temps : la date donnée dès le début du film (1485) nous donne, si on l'inverse, 5 août 41... Quant à la fin du film — le cœur des deux amants changés en statues continuant à battre — il est très éclairant de la mettre en parallèle avec un poème de Prévert écrit plusieurs années plus tôt, La Crosse en l'air (1936) : « où il avait déjà utilisé cette métaphore du cœur que rien ne peut détruire pour évoquer la résistance à Franco. Ce cœur, c'était « le cœur de la révolution », ce cœur écrivait-il, « que rien...personne ne peut empêcher d'abattre ceux qui veulent l'empêcher de battre... de se battre... de battre. »

    Dans le contexte de l'Occupation, les spectateurs avertis ont saisi la parabole de la guerre, le baron Hugues représentant Pétain, son château le régime de Vichy et le diable, les Allemands ; les deux amants, statufiés à la fin (mais dont les cœurs battent toujours) renverraient à la Résistance."

    Carole Aurouet : "Jacques Prévert, portrait d'une vie".

    Générique détaillé (12)

    Assistant à la réalisation :

    Michelangelo Antonioni

    Scénaristes :

    Jacques Prévert, Pierre Laroche

    Ingénieur du son :

    Jacques Lebreton

    Directeurs de production :

    Georges Lampin, Emile Darbon

    Auteurs de la musique :

    Joseph Kosma, Maurice Thiriet

    Costumier :

    Georges Wakhevitch

    Producteur :

    André Paulvé

    Directeur de la photo :

    Roger Hubert

    Cadreur :

    Marc Fossard

    Monteur :

    Henri Rust

    Chef décorateur :

    Georges Wakhevitch

    Directeur artistique :

    Alexandre Trauner

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Conte philosophique

    Thèmes :

    Moyen-âge, Amour, Mort, Imaginaire, Religion

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1942

    Sortie en France :

    05/12/1942

    Durée :

    2 h

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    9

    Agrément :

    Oui

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Cadre :

    1,37

    Format son :

    Mono

    Affiches (6)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    Festival International du Film de Mar Del Plata - 2011

    Festival International du Film de Mar Del Plata (Argentine, 2011)

    Sélection

    Rescues / France pre-nouvelle vague