En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Par-delà les nuages

Un Long métrage de Michelangelo Antonioni

Produit par Ciné B

Sortie en France : 24/01/1996

    Synopsis

    Muni d'un appareil photo, un cinéaste promène son regard dans des villes de France et d'Italie. Sa quête intérieure lui inspire quatre histoires d'amour : Dans la première, un jeune homme est tellement épris d'une jeune fille qu'il ne peut se résoudre à sacrifier son désir au plaisir. Dans la deuxième, c'est la fascination du réalisateur pour une jeune femme qui lui avoue "J'ai tué mon père...". A Paris, des couples se déchirent. Deux ruptures. Une rencontre. C'est la troisième histoire. La sublimation de l'amour est le thème de la dernière histoire : un même coeur peut-il aimer Dieu et les hommes ?

    Acteurs (12)

    Production et distribution (5)

    Production Déléguée :

    Ciné B

    Productions Étrangères :

    Cecchi Gori Group, Road Movies Filmproduktion

    Distribution France :

    Polygram

    Coproductions :

    Sunshine, France 3 Cinéma

    Exportation / Vente internationale :

    Pathé Distribution

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (38)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    "Un dimanche dans ma vie avec Michelangelo Antonioni

    C'était la fin d'un été chaud, les journées étaient habillées de magnifiques jaunes soufre et de mauves lavande suivies de nuits bleues fraîches-froides. Nous étions tous réunis dans l'église St Jean-de-Malte à Aix-en -Provance, ville de fontaines et d'étudiants. Win Wenders, patient, proposait des plans qui n'ont eu pour seule réponse qu'un de ces fameux "No" suivi par "Dio Mio". La voix du maître résonnait sur les murs de l'église. Dans un coin, la déco accrochait un crucifix géant. Les religieux aidaient, tout fiers d'avoir sous leur toit un génie du cinéma. Michelangelo maintenant endormi donnait le ton. L'église était un lieu serein, où l'urgence du tournage semblait mal placée et un brin vulgaire. Mastroianni confirme que sur "La Notte" il prenait toujours de courtes siestes sur le plateau, c'était une manière de chercher dans le monde des rêves des solutions de tournage, il fallait qu'il dorme ses 10 minutes sur le décor. La tension commençait à se faire sérieusement senti quand soudain le maître redresse la tête, cherche de la main un bras ou une épaule sur laquelle s'appuyer. J'entends un "Vieni". L'équipe se masse en témoin silencieux. Entre les colonnes internes du flanc droit de l'architecture spirituelle, mon vieil ange s'arrête, désigne du doigt le ventre de l'église, plonge son oeil dans mes yeux et reste là, silencieux, confiant (nous nous sommes parlés tant de fois dans le silence des mots). Il savait et je savais. Ses yeux étaient d'un sérieux redoutable, il finit son geste avec un "Bello" insistant sur l'importance du moment : "Bello". Antonioni avance jusqu'à la prochaine halte, cette fois son index accuse l'immense crucifix fraîchement posé : "Bello"... presque tristement. Quelques pas supplémentaires et c'est le chant du choeur qu'il conduit de la main, accompagné d'un... "Bello" admiratif. Nos pas maintenant résonnent et habitent l'église. Il me demande de m'asseoir, de fermer les yeux comme pour m'endormir, ce que je fais. Derrière mes paupières, une larme puis une autre. Mes yeux s'ouvrent et je vois pour la première fois, Michelangelo debout sans l'aide de qui que ce soit, un sourire aux lèvres, les larmes aux yeux... Le dernier geste est pour l'équipe : "Le travelling là, comme cela, plus à droite, c'est trop...". Il le changera plusieurs fois de quelques centimètres pour finalement filmer une réflexion sur Dieu. Un jour à Venise, j'ai dit en parlant avec Michelangelo qu'il savait le cinéma. Il le sait et le saura toujours"
    (Vincent Pérez)

    Générique détaillé (13)

    Producteurs délégués :

    Stéphane Tchalgadjieff, Philippe Carcassonne

    Scénaristes :

    Michelangelo Antonioni, Wim Wenders, Tonino Guerra

    Ingénieur du son :

    Jean-Pierre Ruh

    Monteurs :

    Claudio Di Mauro, Michelangelo Antonioni

    Auteur de la musique :

    Laurent Petitgand

    Mixeur :

    Thierry Lebon

    Régisseur général :

    Yorick Kalbache

    Auteur de l'œuvre originale :

    Michelangelo Antonioni

    Directeur de la photo :

    Alfio Contini

    Directrice de production :

    Arlette Danis

    Décorateur :

    Thierry Flamand

    Costumière :

    Esther Walz

    Photographe de plateau :

    Donata Wenders

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Comédie dramatique

    Langue de tournage :

    Français, Italien, Anglais

    Origines :

    France, Italie, Allemagne

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie, Allemagne)

    Année de production :

    1995

    Sortie en France :

    24/01/1996

    Durée :

    1 h 44 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    84.460

    Visa délivré le :

    25/01/1996

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Cadre :

    1,66

    Format son :

    Dolby SR