En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
Muriel ou le temps d'un retour

Muriel ou le temps d'un retour

Un Long métrage de Alain Resnais

Produit par Argos Films

Sortie en France : 02/10/1963

  • Sommaire

Acteurs (22)

Production et distribution (4)

Production Déléguée :

Argos Films

Production Étrangère :

Dear Film

Production Associée :

Films de la Pléiade

Distribution France :

Films de la Pléiade

Diffusions TV : Cumulé

Diffusions TV : détail par pays

Synopsis

Hélène Aughain s'occupe de son beau-fils Bernard. Vétéran de la guerre d'Algérie, il a été obligé de participer à la torture et d'assister au meurtre de Muriel, une fille algérienne accusée de sabotage, mais ne parvient pas à assumer son passé, comme son camarade Robert ni à l'oublier.
Par ailleurs Hélène, au milieu d'un appartement transformé en boutique d'antiquaire tente de retrouver son amour de jeunesse, Alphonse. Leur rencontre va leur faire découvrir qu'ils n'ont plus rien en commun malgré les efforts pour essayer de se comprendre.

Propos

Muriel est un des rares films linéaires de Resnais, sur le poids des souvenirs, du passé, l'angoisse du temps qui passe. Si le film est linéaire dans le temps montré à l'écran, il est par contre empli d'allers-retours dans le temps évoqué par les discours. Et comme souvent chez Resnais, on trouve une réflexion sur la mémoire et sur la réalité des souvenirs.
En montrant que l’expérience de la guerre (pour Bernard) ne débouche pas sur un engagement politique mais sur un cauchemar intime et une impossibilité de communiquer, Resnais va au cœur du problème.


Terminée en juin 1962, la guerre d’Algérie demeurait un sujet tabou en France: à l'exception de Godard ( Le Petit Soldat, 1963 interdit plusieurs années), il faudra attendre la fin des années 60 pour que des films plus francs, plus nets, et accusateurs, signés par des cinéastes non français, apparaissent, comme La bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (tourné en 1966, interdit jusqu’en 1970) ou Le vent des Aurès de Mohamed Lakhdar Hamina.

Muriel n’étant pas un film sur l’Algérie, mais un film où il en est question comme d’une pensée gênante, Resnais par ce propos subtil échappa à la censure très pointilleuse de l'époque.

Source : nezumi.dumousseau.free.fr

Générique détaillé (19)

Producteur délégué :

Anatole Dauman

Adaptateur / Dialoguiste :

Jean Cayrol

Scénariste :

Jean Cayrol

Ingénieur du son :

Antoine Bonfanti

Directeur de production :

Philippe Dussart

Assistante monteuse :

Claudine Merlin

Auteur de la musique :

Hans-Werner Henze

Costumière :

Lucilla Mussini

Mixeur :

Jean Nény

Régisseur général :

Michel Choquet

Assistants à la réalisation :

Pierre Grunstein, Jean Léon, Florence Malraux

Producteurs :

Pierre Braunberger, Anatole Dauman

Directeur de la photo :

Sacha Vierny

Assistants opérateurs :

Jean-César Chiabaut, Jean Harnois

Monteurs :

Kenout Peltier, Eric Pluet

Scripte :

Sylvette Baudrot

Chef décorateur :

Jacques Saulnier

Graphiste :

Jan Lenica

Photographe de plateau :

Liliane de Kermadec

Mentions techniques

Long métrage

Genre(s) :

Fiction

Sous-genres :

Drame psychologique

Thèmes :

Guerre

Langue de tournage :

Français

Origines :

France, Italie

EOF :

Inconnu

Nationalité :

Majoritaire français (France, Italie)

Année de production :

1962

Sortie en France :

02/10/1963

Durée :

1 h 57 min

Etat d'avancement :

Sorti

Numéro de visa :

26611

Visa délivré le :

19/09/1963

Agrément :

Inconnu

Type de couleur(s) :

Couleur

Cadre :

1,66

Format son :

Mono

Affiches (1)

Réalisateur

Sélections en festivals (4)

Berlinale - 2005

Berlinale (Allemagne, 2005)

Sélection

Rétrospective

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1963

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1963)

Sélection

Compétition Officielle

Palmarès

Mostra internationale de cinéma de Venise - 1963

Mostra internationale de cinéma de Venise (Italie, 1963)

Prix

Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine : Delphine Seyrig