En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Oeil du malin

L'Oeil du malin

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par Rome-Paris Films, Compagnia Cinematografica Champion

Sortie en France : 02/05/1962

    Synopsis

    Albin Mercier, romancier, effectue un reportage en Bavière sur la vie quotidienne allemande.Il fait la connaissance d'un couple, Andréas et Hélène Hartmann dont l'éclatant bonheur transforme bient t l'amité du jeune français en une jalousie obsédante. Il n'a qu'un désir, briser cette union, prendre la place d'Andréas. Une absence professionnelle de ce dernier va-t-elle l'aider à réaliser son plan ? Mais il découvre alors qu'Hélène trompe Andréas. Le lendemain, il révèle ce qu'il sait à la jeune femme. Elle lui crie sa haine, l'humilie, l'abaisse. De dépit, Albin informe alors le mari de son infortune. Devant le désespoir de l'homme qu'il enviait, Albin jubile. Il assiste, caché, à la scène qui oppose le couple, maais tente, trop tard, d'intervenir quand Andréas, au terme de la dispute, frappe sa femme à coups de couteau... Andréas est demeuré hagard. Il appelle la police, mais fait comprendre à Albin que le seul coupable c'est lui, Mercier, qui a tué Hélène par envie destructrice. Et Albin reste seul avec son crime...

    Acteurs (9)

    Production et distribution (3)

    Exportation / Vente internationale :

    StudioCanal Films Limited

    Propos

    Point de vue

    Le prolifique Claude Chabrol passe souvent pour un des maîtres du film noir à la française, mais aussi pour un des réalisateurs de cette Nouvelle Vague qui est censée avoir renouvelé de fond en comble la manière de faire du cinéma.

    L’œil du malin appartient à cette veine d’une cinématographie qui se situe à mi-chemin d’une psychologie sommaire et du film policier. Je ne voudrais pas paraître critiquer Chabrol qui vient de décéder et qui semblait par ailleurs être un garçon sympathique, mais je doute simplement qu’il ait été un cinéaste important. C’est le sixième long métrage de Chabrol qui n’a plus l’excuse de débuter et d’apprendre le métier ! Au bout du compte, il ne paraît guère arrivé à la hauteur d’un Julien Duvivier ou même d’un Henri Decoin, tant il a semblé tout au long de sa carrière avoir de la difficulté à obtenir une maitrise technique de son outil. Albin Mercier, écrivain raté se retrouve en Allemagne pour y effectuer un reportage. Seul, ayant tendance à déprimer, il va rencontrer un couple franco-allemand qui présente l’image d’un bonheur bourgeois et paisible. L’homme est un romancier allemand célèbre, la femme, une française accueillante. Mais Albin va se montrer jaloux et envieux n’ayant comme seul but finalement que de détruire ce couple. Il y parviendra finalement.

    Tourné en 1961, le scénario, bien que très médiocre, est tout à fait démarqué de Plein soleil qui avait connu l’année précédente un énorme succès. Peut-être Chabrol avait-il l’intention de donner une leçon de cinéma à Clément ? Peut-être voulait-il simplement profiter du succès de Plein soleil. La référence est renforcée par le fait que Jacques Charrier aurait dû prendre la place d’Alain Delon, s’il n’en avait pas été empêché pour raison familiale. On peut trouver ça curieux étant donné la critique acerbe que les réalisateurs de la Nouvelle Vague manifestaient envers René Clément. Mais ici tout fonctionne de travers, le film semble long, comme c’est souvent le cas avec Chabrol, alors qu’il ne dure qu’une heure vingt. La multiplication des plans inutiles empêche qu’on s’intéresse à ce huis-clos. Par exemple, la traversée de la fête de la bière à Munich vire au reportage touristique, sans faire avancer l’histoire d’un pouce. Mais c’est souvent comme ça chez Chabrol, aussi bien dans ses films anciens que dans ses films récents. L’inconséquence du découpage scénaristique ne permet pas de comprendre le retournement final, l’attitude d’Hélène lorsqu’Albin tente de la faire chanter n’est pas en cohérence avec le caractère d’Andreas. Et si la scène d’humiliation d’Albin sur le lac s’apparente à celle d’Alain Delon tombant du bateau dans Plein soleil, on remarquera qu’il y a une faute de raccord que René Clément ne se serait jamais permise : sur le petit bateau à moteur, on peut en effet voir à certain moment Jacques Charrier assis à la gauche de la jeune femme qui le drague ouvertement, et parfois à sa droite !

    Les références sont paresseuses, ainsi cette manie de montrer les deux hommes s’affronter dans une partie d’échecs, jeu destiné à montrer la ruse et le calcul des deux adversaires, mais aussi destiné à démontrer un grand raffinement d’esprit. On pourrait dire d’ailleurs que cette partie répond à la partie de cartes sur le bateau dans Plein soleil. Je passe sur la musique envahissante et démonstrative, saturant parfois les dialogues. Les interprètes ne sont pas en cause, si Walter Reyer est à la limite du cabotinage, Stéphane Audran est très bien et Jacques Charrier s’en tire avec les honneurs. Tourné en noir et blanc, l’image est bonne, comme c’est souvent le cas chez Chabrol lorsqu’il travaillait avec Jean Rabier.

    Source : alexandre.clement.over-blog.com

    Générique détaillé (16)

    Assistant à la réalisation :

    Francis Cognany

    Producteur :

    Georges de Beauregard

    Coproducteur :

    Carlo Ponti

    Ingénieur du son :

    Jean-Claude Marchetti

    Directrice de production :

    Bruna Drigo

    Assistante monteuse :

    Monique Gaillard

    Auteur de la musique :

    Pierre Jansen

    Photographe de plateau :

    Raymond Cauchetier

    Dialoguiste :

    Claude Chabrol

    Scénariste :

    Claude Chabrol

    Directeur de la photo :

    Jean Rabier

    Cadreur :

    Alain Levent

    Monteur :

    Jacques Gaillard

    Scriptes :

    Aurore Chabrol, Suzon Faye

    Costumier :

    Louis Féraud

    Régisseur général :

    Jean-François Adam

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Langue de tournage :

    Français

    Origines :

    France, Italie

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    Majoritaire français (France, Italie)

    Année de production :

    1962

    Sortie en France :

    02/05/1962

    Durée :

    1 h 20 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    25363

    Visa délivré le :

    02/05/1962

    Agrément :

    Inconnu

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Noir & blanc

    Format son :

    Mono

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals

    Festa do Cinema Francês - 2016

    Festa do Cinema Francês (Portugal, 2016)

    Sélection

    FILMS FRANCAIS SELECTIONNES