En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]
L'Enfer

L'Enfer

Un Long métrage de Claude Chabrol

Produit par MK2 Films (ex MK2)

Sortie en France : 16/02/1994

    Synopsis

    Et voilà le bonheur pour Paul : à trente-cinq ans, il devient propriétaire de l'hôtel où il travaillait (il a des dettes pour dix ans, mais qu'importe!) et il se marie avec la plus délicieuse petite Nelly de la région. Et ça continue ! Nelly lui donne un enfant, les affaires marchent bien : la situation de l'hôtel au bord du plan d'eau attire les touristes, les "sportifs" de la ville et les couples d'amoureux. Paul travaille comme une bête, il ne peut dormir sans somnifère, parfois le gosse l'irrite. Bien sûr, il est crevé ; de temps en temps il entend sa propre voix se moquer de lui ! Mais il est heureux. Un beau jour, patatras! Il surprend sa femme et le beau Martineau penchés l'un sur l'autre dans le salon de l'hôtel. Il se met à la surveiller...

    Acteurs (15)

    Production et distribution (4)

    Production Déléguée :

    MK2 Films (ex MK2)

    Exportation / Vente internationale :

    MK2 Films (ex MK2)

    Coproductions :

    France 3 Cinéma, Ced productions, Cinemanuel

    Distribution France :

    MKL Distribution

    Box Office : cumulé

    Box Office : chronologie

    Sorties à l'international (20)

    PaysDistributeurAcheteurDate de sortie

    Voir tout

    Voir moins

    Désolé, aucun résultat ne correspond à votre recherche.

    Diffusions TV : Cumulé

    Diffusions TV : détail par pays

    Propos

    En 1993, Marin Karmitz se voit confier le scénario de L’enfer, film initié à l’origine par Henri-George Clouzot mais resté inachevé. Le producteur pense immédiatement à son ami Claude Chabrol pour le mettre en scène. Séduit par l’idée de manipuler une fois de plus les spectateurs, Chabrol accepte le projet qu’il remet toutefois au goût du jour. La trame narrative reste la même, les obsessions du cinéaste en plus (la bourgeoisie provinciale, la famille, les apparences trompeuses).
    L’introduction de L’enfer ressemble à un gentil conte de fées : ils tombèrent amoureux, se marièrent et eurent une vie heureuse avec leurs enfants. Sauf que Paul (magistral François Cluzet) n’aime pas trop voir sa petite femme Nelly (Emmanuelle Béart) gambader toute seule près du lac. Il aime encore moins la voir discuter avec le garagiste au point d’imaginer les pires ignominies. Car Paul souffre d’une jalousie pathologique quitte à ne plus distinguer ses fantasmes hallucinatoires de la réalité...
    Tout le génie de ce film repose sur le fait que Paul doute. Il doute de l’amour de sa femme, de sa fidélité, sans jamais pourtant en obtenir la preuve accablante. Et Claude Chabrol se délecte de pouvoir jouer avec l’imagination de son personnage, associant délire paranoïaque et fade réalité. Il manie sa caméra avec précision pour capter les moindres dérapages de Paul. Le spectateur pénètre ainsi son cerveau malade, devient le témoin de ses visions de cocu et de ses brefs moments de lucidité. Comble de la réussite de ce film, on en vient à donner raison à Paul, tant Nelly peut paraître désinvolte... En somme, on tombe sans résister dans le piège mental tendu par Chabrol, dernier grand manipulateur du cinéma français.
    Ce statut se révèle d’autant plus justifié lorsque l’on écoute ses commentaires audio. Avec passion, il décortique trois scènes de L’enfer, dans lesquelles il justifie chaque choix d’angle de prise de vue, chaque technique de narration (insert rapide pour la nervosité de Paul, surimpression pour les fantasmes, etc.). A regarder absolument, le final de L’enfer analysé par son réalisateur dont la maîtrise du suspense est éloquente. Egalement disponible sur ce DVD, un entretien de Chabrol qui revient avec beaucoup de respect pour Henri-George Clouzot sur la genèse du projet et sur leur travail respectif.

    Source : avoir-alire.com

    Générique détaillé (19)

    Producteur délégué :

    Marin Karmitz

    Scénariste :

    Henri-Georges Clouzot

    Ingénieurs du son :

    Jean-Bernard Thomasson, Dominique Dalmasso

    Assistante opérateur :

    Fabienne Delaleau

    Directeur de production :

    Yvon Crenn

    Monteuse :

    Monique Fardoulis

    Scripte :

    Aurore Chabrol

    Auteur de la musique :

    Matthieu Chabrol

    Costumière :

    Corinne Jorry

    Photographe de plateau :

    Jérémie Nassif

    Adaptateur / Dialoguiste :

    Claude Chabrol

    Directeur de la photo :

    Bernard Zitzermann

    Assistant son :

    Philippe Richard

    Cadreur :

    Michel Thiriet

    Attachée de presse (film) :

    Eva Simonet

    Assistants monteurs :

    Florence Poulain, Olivier Rossignol

    Décorateur :

    Emile Ghigo

    Bruiteurs :

    André Naudin, Gadou Naudin

    Mixeur :

    Dominique Dalmasso

    Mentions techniques

    Long métrage

    Genre(s) :

    Fiction

    Sous-genres :

    Drame psychologique

    Thèmes :

    Conflit, Couple, Désir, Fait divers

    Langue de tournage :

    Français

    EOF :

    Inconnu

    Nationalité :

    100% français

    Année de production :

    1993

    Sortie en France :

    16/02/1994

    Durée :

    1 h 40 min

    Etat d'avancement :

    Sorti

    Numéro de visa :

    28.605

    Visa délivré le :

    25/02/1994

    Agrément :

    Oui

    Formats de production :

    35 mm

    Type de couleur(s) :

    Couleur

    Format son :

    Dolby SR

    Affiches (1)

    Réalisateur

    Sélections en festivals (2)

    Dublin French Film Festival - 2014

    Dublin French Film Festival (Irlande, 2014)

    Sélection

    Hommage à Emmanuelle Béart

    Festival International du Film de Moscou - 2010

    Festival International du Film de Moscou (Russie, 2010)

    Sélection

    Rétrospective Claude Chabrol