Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Les brèves

16 avril 2004 à 12:06

Le printemps du jeune cinéma français

Quoi de neuf au box-office français ?

Avec trois premiers films (Les Choristes, Malabar Princess et Une vie à t’attendre), une deuxième et une troisième œuvre (Agents secrets et Immortel), le jeune cinéma français prouve à la fois sa vitalité et sa capacité à rencontrer le public.
A regarder les résultats du mois de mars, le renouvellement des talents du cinéma français ne fait aucun doute puisque pas moins de trois premiers films ont conquis les sommets du box-office dès leur sortie.

A commencer par Les Choristes, première réalisation de Christophe Barratier, connu pour ses productions à Galatée Films, notamment Himalaya d’Eric Valli. Lancé sur 326 copies par Pathé Distribution, les apprentis-chanteurs autour de Gérard Jugnot et François Berléand ont séduit près de 790 000 spectateurs dès leur première semaine. Et mieux encore la production signée Jacques Perrin pour Galatée Films fait preuve d’une stabilité remarquable en deuxième semaine puisqu’elle ne perd que 4 % (522 copies).
En seulement deux semaines, Les Choristes auront donc dépassé le million et demi de spectateurs en France et ce résultat ne devrait pas manquer de s’amplifier avec l’arrivée des vacances scolaires du fait du potentiel familial du film. De quoi réjouir les nombreux distributeurs étrangers qui, depuis la première projection du film au Festival de Berlin, l’ont acquis auprès de Pathé International.

Autre premier film de producteur, Malabar Princess marque les premiers pas derrière la caméra de Gilles Legrand, qui a co-signé notamment les productions de Ridicule et La Veuve de Saint-Pierre avec son partenaire Frédéric Brillion pour Epithète Films. Cette fois-ci, Gilles Legrand a donc endossé l’habit de réalisateur, toujours avec Epithète en production et, là-aussi, le succès a été au rendez-vous. Sorti le 3 mars par Warner Bros. sur 291 copies, Malabar Princess a attiré 365 000 spectateurs dès sa première semaine, pour atteindre le million d’entrées au bout d’un petit mois d’exploitation.
Porté par Clovis Cornillac et Jacques Villeret autour du jeune Jules Bigarnet, Malabar Princess devrait se rapprocher des 1,5 million de spectateurs, puisque, encore une fois, les vacances scolaires devraient profiter à ce film familial vendu par FPI.

Coup d’essai et coup de maître également pour Thierry Klifa qui marche sur les traces de son collègue Marc Esposito (Le Cœur des hommes, 1,6 million d’entrées), comme lui ancien journaliste à Studio Magazine. Avec un joli casting autour de Nathalie Baye, Patrick Bruel et Géraldine Pailhas, ce premier film produit par les jeunes producteurs des Films du Kiosque (François Kraus et Denis Pineau-Valencienne) a démarré avec 440 000 entrées sur 317 copies chez Mars Distribution. Au terme de trois semaines, le film vendu par TF1 International, a atteint les 730 000 entrées et devrait passer le million dans les semaines à venir.

Un succès qui vient s’ajouter à celui d’un autre premier film d’un auteur issu de l’écrit : Podium de l’écrivain Yann Moix, avec Benoît Poelvoorde dans le rôle du sosie de Claude François, qui a attiré 3,5 millions de spectateurs en sept semaines (ventes internationales : Wild Bunch).
On peut d’ailleurs noter que ces quatre films se distinguent par d’excellents coefficients Paris/Province, prouvant que le public est très présent sur l’ensemble du territoire français et pas seulement dans la capitale.

Dans un tout autre genre, les spectateurs français ont pu découvrir le 24 mars un pari d’un genre exceptionnel : Immortel (ad vitam), film de science-fiction mêlant prises de vue réelles et animation sur la base des bandes-dessinées du réalisateur Enki Bilal dont c’est le troisième long métrage. Interprété par Linda Hardy, Charlotte Rampling et Thomas Kretschmann, cette production signée Charles Gassot (Telema) a séduit 422 000 spectateurs en première semaine, sur une combinaison de 400 copies (UDF).
De quoi encourager TF1 International qui accompagne le film depuis plusieurs années, la production et post-production étant extrêmement longue sur ce type de projet. Si le côté unique du film rend difficile toute prévision en termes d’entrées, on peut dores et déjà considérer le pari comme gagné.
Sur un autre créneau plutôt inhabituel en France, le film d’espionnage (d’auteur, certes), Agents secrets, a également réalisé un joli démarrage. Sorti par TFM Distribution, la société de distribution commune à TF1 et Miramax, sur 370 copies, le deuxième film de Frédéric Schoendoerffer a attiré 65 000 entrées pour sa première journée le 31 mars (et devrait dépasser les 800 000 entrées en fin de carrière).
Il faut dire que le casting avec notamment Monica Bellucci et Vincent Cassel, couple glamour du cinéma français, avait de quoi séduire… La production est signée Eric Névé (La Chauve-Souris) et prolonge ainsi la collaboration entre le producteur et le réalisateur qui avaient déjà fait équipe sur Scènes de crime, premier film de Frédéric Schoendoerffer. Tout comme pour Immortel, TF1 International est en charge des ventes.

Par ailleurs, l’explosion des jeunes talents n’empêche pas les réalisateurs plus confirmés de rencontrer le succès. Il en est ainsi pour le nouvel opus de Patrice Leconte, dont le rythme de travail reste toujours aussi soutenu. Confidences trop intimes, avec Sandrine Bonnaire et Fabrice Lucchini, (Les Films Alain Sarde) a attiré 750 000 spectateurs en un mois, permettant au réalisateur de renouer avec la succès public et critique (ventes : StudioCanal).
Les Rivières pourpres d’Olivier Dahan et Les 11 Commandements de François Desagnat et Thomas Sorriaux, sortis en février, ont également continué leur chemin, cumulant respectivement à 2 et 3 millions d’entrées à fin mars.
De quoi donner un coup de fouet à la part de marché des films français qui, sur certaines semaines de mars, atteint les 65% pour un résultat cumulé de 41% depuis le début de l’année - soit quelques points de plus que la moyenne historique. Et si, trêve pré-cannoise oblige, les semaines à venir seront plus calmes en termes de sorties françaises, on pourra tout de même miser sur Deux frères, le nouveau film très attendu de Jean-Jacques Annaud pour conserver une belle part de marché au cinéma français.

LE TOP 5 DES FILMS FRANÇAIS - FRANCE MARS 2004

FilmSortieCopiesEntréesBox-office (M €)
Podium *

février

554

3 478 486

19,2

Les 11 commandements *

février

501

2 973 235

11,1

Les rivières pourpres 2 *

Février

650

2 070 303

11,4

RRRrrrrr !

Janvier

775

1 703 125

9,4

Les Choristes

Mars

326

1 544 357

8,5


* films toujours en exploitation fin février 2004.


Auteur : Service Communication

Dernière mise à jour : 01 octobre 2015 à 12:06 CEST