Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Festivals, événements

29 novembre 2001 à 13:02

Troisième journée du festival


  • Rencontre-débat entre réalisateurs et étudiants
    A 13h00, ce jeudi 29 au Théâtre Juan Ruiz de Alarcon, s’est tenue la seconde rencontre débat entre réalisateurs et étudiants mexicains. Ce débat ouvert est l’occasion pour les réalisateurs et leur public de croiser points de vue et questions-réponses auour du cinéma : aujourd’hui Daniel Toscan du Plantier, Claude Miller, Laurent Cantet, Gabriel Aghion, Jorge Prior (producteur de Corazones Rotos), Armando Casas (réalisateur de Un Mundo Raro), répondaient aux questions des étudiants.

  • Séance de courts-métrages français et mexicains
    Aujourd’hui à 13h00, au Théâtre Juan Ruiz de Alarcon, s’est tenue la Séance de courts-métrages français et mexicains.

    Martin Valente (réalisateur de Ta Sœur), Eric Lacroix (réalisateur de Des Fleurs pour Irma) et Olivier Berlemont (Producteur de Il est difficile de tuer quelqu’un même un lundi) ainsi que Rene Castillo (réalisateur de Hasta los Huesos) et Tony Wakefield (Malos Habitos) étaient venus présenter leurs films et répondre aux questions des spectateurs. La délégation française s’est déclarée ravie de cette rencontre avec le public mexicain qu’elle a trouvé particulièrement réceptif et capable de rentrer avec facilité et enthousiasme dans l’univers de chaque film.
    Voici leurs impressions :

  • Eric Lacroix : « Cela a été très intéressant de voir à quel point le public mexicain s’est montré curieux envers les courts-métrages français. Ils sont venus en nombre et ont beaucoup réagi pendant les projections. C’est impressionnant de réaliser qu’à des milliers de kilomètres de distance, les gens peuvent réagir de la même manière ! »

  • Martin Valente : « Impression étrange de se retrouver à des milliers de kilomètres et de présenter son film à un public que l’on imagine si différent… Comment vont-ils réagir ? Les sous-titrages en espagnol réussiront-ils à rendre les nuances des dialogues ?
    La séance démarre et agréable surprise ! la salle est pleine. Et puis les rires commencent tandis que les images s’enchaînent. Surprise, le public rit, respire, vit au rythme de chaque film. Il y a soudain quelque chose d’universel dans tout cela. Une proximité s’installe, les barrières de langue et de culture disparaissent. Quel pied ! »

  • Olivier Berlemont : « J’ai été très heureux pour Eric Valette de l’accueil par le public d’Acapulco fait à « Il est difficile de tuer quelqu’un même un lundi ». D’autant plus heureux que le sujet du filmne fut pas très « porteur » pour les financements en France mais a néanmoins réussi à trouver une audience extraordinaire à l’étranger. Merci à lui. »


    Auteur : Service Communication

    Dernière mise à jour : 23 avril 2009 à 13:02 CEST