Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

Ufi s'associe à la Journée de l'Hommage National aux victimes des attentats du 13 novembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

Chiffres à l'international

15 avril 2015 à 12:00

1 million de dollars de recettes pour Timbuktu aux Etats-Unis

Le film d'Abderrahmane Sissako, produit par Sylvie Pialat pour les Films du Worso, effectue une magnifique carrière américaine, territoire pourtant difficile à conquérir.

1.040.427 $ : c'est le chiffre de l'exploitation en salles américaines de Timbuktu à ce jour. Soit environ 140.000 entrées. Une sortie brillante orchestrée grâce à l'omniprésent et francophile distributeur Cohen Media Group, qui profite tout d'abord, lors de la sortie "d'appel" du film le 25 janvier, de l'effet Oscars. Le film y est nommé - il ne décrochera pas la statuette - dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère, concourant pour la Mauritanie bien que de production 100 % française.

Deux salles, puis 4, puis 14, et depuis deux mois un parc qui oscille entre 30 et 55 salles : la stratégie fonctionne, d'autant que le carrière du film est "servie" par l'actualité de la géopolitique africaine, qui fait régulièrement écho aux images de Sissako. Peu à peu, le film s'installe, pour dépasser aujourd'hui le million de dollars, ce qui n'était jamais arrivé auparavant à un "film africain attaché à la vie des Africains" ainsi que le souligne Indiewire, qui précise ainsi que Tsotsi, description des gangs de Johannesbourg réalisée par le Sud-Africain Gavin Hood, avait fait 3 M$ de recettes en 2006, ou que le District 9 de Neill Bloomkamp, autre film sud-africain, avait carrément été un blockbuster aux Etats-Unis, mais qu'il ne s'agit pas de comparaisons légitimes dans la mesure où ces films ne sont pas le fait de cinéastes noirs africains.

Pour ramener Timbuktu à des comparaisons plus adéquates, Indiewire cite Moolaadé, plus importante sortie américaine d'un film de Ousmane Sembene, qui avait généré 215.000 $ de recettes en 2004, ou les récents Un homme qui crie du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun (9.900 $) ou Viva Riva !, film congolais de Djo Tunda Wa Munga (62.000 $) ou encore La Pirogue, de Moussa Touré (11.000 $).

Le film d'Abderrahmane Sissako réalise donc un prodigieux parcours américain, un an tout juste après sa présentation à Cannes, et continue sa course dans le monde, approchant les 500.000 entrées hors France. Il a d'ores et déjà été vendu dans 28 pays, dont la Chine. Prochaine sortie, le Royaume-Uni en mai.

Auteur : Grégory Alexandre

Dernière mise à jour : 20 avril 2015 à 12:00 CEST

Lié à cette actualité

Films liés (5)

Personnes liées (6)

Sociétés liées (2)

media

Cohen Media Group

Activités :  Distribution à l'étranger (long-métrage), Production Étrangère

Activités hors film :  Distributeur étranger (long métrage)

Filmographie récente : Le Client, Rodin, Les Cowboys, ...

media

Les Films du Worso

Activités :  Coproduction, Production Déléguée

Filmographie récente : L'Economie du couple, Les Gardiennes, F430, ...

Manifestations Liées (1)

media

Oscars du Cinéma - 2015

Type : Prix

Thème : Tous Films

Zones géographiques (2)