En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

[En savoir plus][OK]

MyFrenchFilmFestival.com

28 janvier 2015 à 09:15

La critique de "Tristesse Club" par Télérama

Pour chaque long-métrage en compétition de MyFrenchFilmFestival , retrouvez la critique de notre partenaraire Télérama.

La critique du jour :

 

Tristesse Club
Comédie dramatique réalisé en 2014 par Vincent Mariette
Avec Ludivine Sagnier, Laurent Lafitte, Vincent Macaigne... 
Date de sortie en France : 04 juin 2014 
Notation: 3/5

LE SYNOPSIS

Bruno et Léon sont deux frères aux caractères très opposés. Quand l'un est timide et réservé, l'autre est un rouleur de mécaniques, un brin loser demandant à son petit garçon s'il a un chéquier! Les deux frères sont bien obligés de se retrouver pour les funérailles de leur père. Direction leur ville natale qu'ils ont jadis fui mais où à lieu l'enterrement. Arrivés sur place, ils ne trouvent rien, excepté une fille étrange, Chloé. Cette dernière, un peu lofoque, prétend être leur demi-sœur. Intrigués par cette révélation, les deux frères vont tenter d’en apprendre davantage. Ils vont de découvertes en découvertes à la rencontre de personnages bizarres...


LA CRITIQUE

« J'ai une bonne nouvelle à t'annoncer. Papa est mort. » Et voilà Bruno (Vincent Macaigne) et son frère Léon (Laurent Lafitte) en route vers les Alpes pour assister à la crémation d'un père démissionnaire. Il n'y a personne à la cérémonie, hormis Chloé (Ludivine Sagnier), qui prétend être leur soeur cachée... En quelques scènes, Vincent Mariette plante dans son premier long métrage la même ambiance drôle et mélancolique que dans ses courts (Double Mixte, Les Lézards). Pas très éloigné de Wes Anderson, son road movie avance au rythme de la Porsche rouge de Léon et des souvenirs d'enfance ou des secrets de famille qui surgissent du passé. Car Tristesse Club est un film de reconstruction. Chaque membre du trio traverse une crise intime qu'il n'ose pas s'avouer. Mais, à mesure que les liens, entre eux, se (re)tissent, le film gagne en douceur ce qu'il perd en ironie. Laurent Lafitte, en ex-champion de tennis hétéro beauf, et Vincent Macaigne, dans son traditionnel rôle d'amoureux mal dans ses baskets, confirment qu'ils excellent toujours dans le registre doux-amer.

Critique rédigée par Jérémie Couston pour Télérama.

© Télérama

 

Auteur : Aurélie Padovan

Dernière mise à jour : 27 janvier 2015 à 09:15 CET

Lié à cette actualité

Films liés (3)

Personnes liées (6)

Sociétés liées (1)

media

Télérama

Activités hors film :  Presse Écrite

Manifestations Liées (1)

media

MyFrenchFilmFestival.com - 2015

Type : Festival Unifrance

Thème : Films Français